Je me lance cette année dans une aventure nomade que j’appelle “PRISE DE SENS” à travers toute la France ( départ mi septembre 2020).

Je pars avec un petit camping car,  à la rencontre des gens qui voudront bien me recevoir chez eux  pour cultiver ensemble la parole poéthique* ces rencontres vont occasionner ateliers créatifs, stages, célébrations sur mesure, rencontres artistiques, écriture  d’articles partagé sur ce blog, des videos, un livre. et idéalement,  la création d’une association dédiée à l’art de la Parole.

Les nouveaux troubadours

En 2008, au hasard de sorties parisiennes, je découvre l’existence de gens de tous les âges qui se donnent des rendez-vous mensuels dans les cafés.
Ces gens prennent la parole, tour à tour, avec une belle intensité, une éloquence inhabituelle, et chacun fait entendre la petite musique de son âme.
Je découvre sans y être préparée des gens de tous horizons, qui s’accordent une qualité réelle d’attention ; des gens qui se réjouissent de la singularité de l’ univers des uns et des autres, l’encouragent et applaudissent avec la même chaleur des artistes du verbes et les grands débutants.
L’esprit du Slam est une soudaine bouffée d’air pur dans un monde où tout tend à l’uniformisation de la pensée, et ces rencontres sont à mes yeux une irréversible révélation.

Été 2020 - Toulouse
Été 2020 – Toulouse
Troubadours Undergrounds

Quelques temps plus tard, je fais partie des grands activistes de ce mouvement, et compte parmi les champions des tournois nationaux, voire francophones, organisés par cette communauté passionnée de troubadours ”undergrounds”.
Après huit ans d’inadaptation à mon métier, tel qu’on demande aux enseignants de le faire, Je quitte l’Éducation Nationale et invente un authentique bon et loyal service.
Je me consacre depuis à l’animation d’ateliers d’initiation à l’art de la Parole qui touche l’autre, art qui rend les gamins à leur curiosité originelle, et les adultes aux enfants créatifs qu’ils ont été, que nous allons rechercher ensemble, grâce à la Poésie*.

Petit résumé poétique et autobiographique

La belle raison d’être

J’étais depuis deux mois jeune maîtresse d’école
Quand celui que j’aimais est parti d’un cancer
J’ai connu pour de vrai les affres de l’ Enfer
Et le genre de souffrance dont rien ne vous console
Mon Amour est passé dans le chas d’une aiguille
Renonçant à sa vie, ses envies, et ses plans
Abandonnant ses rêves, et une jolie fille
Il est mort dans mes bras, il avait vingt-quatre ans
Dans le Vide effarant que l’Angoisse vous inflige
J’ai marché sur un fil au dessus du Néant
J’éprouvais au dedans le plus grand des vertiges
Je ne suis pas tombée, je veux vous dire comment
Chassée du Paradis qu’on avait inventé
De ce Troisième Monde vibrant entre nous deux
De cette Liberté, nous étions amoureux
J’ai retenu son goût, et j’ai gardé la clé
Quand j’allais tous les jours élever des enfants
Dans les pires quartiers de ma banlieue natale
J’ confondais mon boulot d’éduc nationale
Avec l’autre mission – d’aimer absolument
Comme elle se faisait chier la petite enseignante…
Les leçons inutiles des programmes officiels
Ne nous nous apprennent rien de ce qu’est l’ Essentiel
De ce que signifie le fait d’être vivante
J’ai quitté les écoles, j’ai quitté la Banlieue
Les prisons pour le cœur et son intelligence
Je refuse la peur de vivre et en conscience
Je cultive les mots pour éclairer au mieux
l’aventure de vivre, le temps d’ un tour de piste
Envers de ce Miroir, petite vérité :
Quelle belle raison d’être que la joie d’exister
Qui met les gens debout et en fait des artistes

Cela fait maintenant une douzaine d’années que je porte à voix nue ou accompagnée de musiciens, un répertoire de textes dits pour toucher et remuer l’auditoire.
La poésie permettant une grande liberté de points de vues, j’explore le monde et nos perspectives sous des angles improbables…

« Inventer, c’est penser à coté »

Albert Einstein

Au delà du divertissement, le regard décalé d’un artiste offre aux gens l’occasion de voir le monde avec d’autres yeux que les leurs.
Ce qui offre d’autres éclairages sur la réalité que nous avons en commun, et contribue à la mobilité salvatrice de la comprenette…